23 aliments préventifs du cancer

Aujourd’hui, les statistiques prédisent qu’un français sur trois aura à combattre un cancer au cours de sa vie et que, malheureusement, un sur quatre perdra la bataille.

Or, l’alimentation serait responsable de plus du tiers (et plus) des nouveaux cas de cancers diagnostiqués. 

Quand on apprend  que l’on est atteint  d’un cancer et bien que ce conseil ne soit jamais donné; il faut impérativement changer son alimentation. D´autant plus  lorsque on doit subir un traitement  de radio thérapie ou chimiothérapie.

Actuellement, toutes les études scientifiques, faites aussi bien en France, qu’au Canada, confirment  qu’une alimentation saine et hypotoxique joue un rôle important dans la prévention du développement de nombreuses maladies, dont le  cancer, mais aussi  lorsque celles-ci sont déclarées.

Il faut savoir que certains aliments ont la capacité de tuer dans l’œuf les microtumeurs que nous développerons tous au cours de notre vie et qui menacent de devenir des cancers.

Ce  que je ne comprendrai jamais, c´est pourquoi aucun conseil n’est donné en Médecine en ce qui concerne l’alimentation ! Et même si  je sais qu’un hôpital n’est pas un restaurant gastronomique, tout de même, au 21 siècle, on pourrait faire des efforts pour servir aux malades  une alimentation  adaptée à leur état !!

Revenons à nos moutons; Les aliments contre le cancer incluent principalement des fruits et des légumes frais, cela tombe sous le sens.

Voici une courte liste d’aliments  bénéfiques pour la santé en général et recommandés contre le cancer

1) L’huile d’olive

Les graisses mono-insaturées protègent du cancer colon-rectal.

Les polyphénols de l’huile d’olive extra vierge Bio, désactivent aussi un gène responsable du cancer du sein.

En agissant sur les acides biliaires, l’huile d’olive réduit le risque de développer un adénome ou un carcinome gastrique.

De plus, l’huile d’olive contribue indirectement à améliorer la circulation sanguine et l’oxygénation des tissus en s’opposant à la formation d’amas graisseux dans les veines et les artères.

2) Ail et oignon

L’ail et l’oignon contiennent tous deux un composé riche en soufre, l’allicine, agent dépuratif du foie qui se lie aux toxines et les neutralise.

L’ail est aussi un excellent remède contre l’ hypertention.

3) Algues

Les algues sont dépuratives, riches en minéraux, vitamines et en fibres. La consommation régulière des algues réduit les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie, et renforce le système immunitaire

La spiruline est une algue microscopique cultivée naturellement dans les lacs des régions équatoriales. Beaucoup de spécialistes affirment que la spiruline a une action anticancéreuse. Par exemple, grâce à la prise quotidienne de 1 gramme de spiruline pendant un an, on a observé la guérison d’un cancer de la bouche chez 45% des personnes ayant la coutume de chiquer du tabac.

Des études sont en cours afin d’évaluer ses bénéfices préventifs et curatifs dans le cas de la leucémie.

Pour prévenir le cancer, il est conseillé d’absorber quotidiennement une dose de SPIRULINE.

4) Riz intégral

Au Japon, le riz est l’objet de très nombreuses recherches contre le cancer.

Le son du riz contenu dans le riz intégral BIO renferme aussi des substances anticancéreuses qui protègent du cancer du côlon, du sein et de la prostate.

5) Aubergine

Comme les autres légumes de couleur violette, l’aubergine renferme des substances anticancéreuses qui protègent les cellules des mutations causées par le cancer.

6) Agrumes

Les agrumes sont des fruits riches en vitamine C qui ont la particularité de stimuler l’activité des cellules du système immunitaire et des anticorps.

Les agrumes ont aussi des propriétés anti-oxydantes. Ils contiennent des flavonoïdes de la famille des polyphénols, qui protègent les capillaires sanguins et maintiennent les membranes perméables et oxygénées.

La consommation régulière d’agrume protège, en particulier, des cancers de l’estomac et du larynx. D’autre part, les terpènes des agrumes rendent plus efficaces les enzymes de détoxification contre les agents cancérigènes,

 7) Chou

On sait que : le brocoli, le chou-fleur, le chou pommé, les radis, le cresson  ont des pouvoirs anti-tumoraux importants.

Leur consommation régulière aide à renforcer les défenses immunitaires et à éliminer les radicaux libres, protégeant ainsi les cellules

 8) Fruits rouges

La fraise a des effets dépuratifs. C’est un fruit riche en vitamines, minéraux et fibres qui aide à nettoyer l’organisme des toxines.

Les mûres, les groseilles, les myrtilles sont riches d’un pigment violet appelé anthocyanine qui est doué d’un fort pouvoir anti-oxydant et qui protège  contre certains cancers et les maladies cardiovasculaires.

Pour la prévention du cancer, certaines personnes optent pour la prise quotidienne d’un jus de myrtille bio concentré en anthocyanine.

9) Fruits secs

Les noix, les noix de cajou, les noisettes, les amandes, les pistaches, les pignons, les cacahuètes et les graines de tournesols sont une source de vitamines B et E, de minéraux comme le magnésium, manganèse, sélénium et zinc.

Les fruits secs sont d’excellentes sources d’antioxydants et de graisses insaturées. Ces fruits sont considérés comme bénéfiques dans la prévention du cancer.

10) Légumes secs

Les lentilles, les pois chiches, les petits pois, les haricots sont très riches en fibres et possèdent des inhibiteurs de protéase qui préviennent principalement les tumeurs du sein et du côlon.

11) Pomme seulement en BIO.

La pomme contient de nombreux flavonoïdes, des antioxydants, comme la quercétine, la catéchine et l’épicatéchine qui ont un potentiel de protection contre le cancer (en contribuant à prévenir l’oxydation de l’ADN).

Les acides chlorogéniques et élagiques (composés phénoliques) renfermés dans la pomme bloquent la progression du cancer chez les animaux.

La pectine, une fibre soluble, jouerait un rôle anti-tumoral dans l’intestin qui préviendrait le cancer du côlon.

D’autres recherches ont révélé que la quercétine serait plus particulièrement responsable de l’effet protecteur de la pomme contre le cancer du poumon. Ce n’est pas tout !

Il a aussi été démontré que la consommation régulière de pommes a un effet protecteur contre le cancer du sein.

12) Melon

Le melon est riche en bêta-carotène anti-oxydants et renferment peu de calories, idéal pour tenir à distance les tumeurs qui sont liées à l’obésité.

13) Miel

Le miel possède des propriétés antiseptiques très utiles pour éviter les infections associées à la baisse de l’immunité durant un traitement chimiothérapique.

14) Poisson

Les acides gras polyinsaturés oméga-3 contenus dans la chair des poissons gras tels que le maquereau, la sardine, le saumon, le thon, la murène, le hareng frais, la lotte, le mulet, le rouget, le sprat et le turbot ralentissent la croissance d’une tumeur dans le cancer du sein, des ovaires, du côlon ou de la prostate chez l’animal.

Il est aussi possible de bénéficier directement des propriétés médicinales des acides gras oméga-3 par le biais d’un complément alimentaire.

15) Poivron et piment

Les couleurs vives : jaunes, rouges et vert du piment indiquent que le piment est riche en bêta carotène en association avec la vitamine C. Les deux sont des anti-oxydants et protecteurs des muqueuses.

Aussi, le piment renferme de la capsaïcine (molécule donnant le goût piquant) qui bloque les composés pré-cancéreux, particulièrement ceux qui sont présent dans la viande et le poisson fumé. Il semble que les principes actifs présents dans le piment réduisent surtout les tumeurs pancréatiques.

16) Betterave

La couleur violette de la betterave rouge renferme un puissant régénérateur cellulaire, la betacyanine.

De plus les scientifiques américains ont découvert que la diindolylméthane (DIM) renfermée dans la betterave est un puissant agent anti-tumoral.

17) Champignon chinois

Des champignons chinois comme le Shiitaké (Lentinus edodes) , le Maitaké (Grifola frondosa) , le Reishi (Ganoderma lucidum) sont utilisés par la médecine traditionnelle chinoise pour renforcer le système immunitaire.

Ces champignons renferment des polysaccharides appelées bêta-glucanes (ou bêta-glutanes) qui ont la propriété d’activer les réponses immunitaires et de prévenir le cancer.

18) Soja

Les femmes orientales encourent moins de risque de développer des tumeurs du sein et des ovaires que les femmes des autres continents. Il semble que la consommation du soja soit impliquée dans l’action anti-tumorale.

Des études ont révélé que la génistéine (inhibiteur de la protéase) et les isoflavones présents en grandes quantités dans le soja ont des propriétés anticarcinogéniques qui préviennent le cancer du sein ou des ovaires.

19) Thé vert

Le thé vert diminue le risque de cancer. Les polyphénols du thé, aux propriétés antioxydantes, inhibent la formation et la croissance de tumeurs cancéreuses et tue certaines cellules cancéreuses existantes. C’est le cas en particulier de L’épigallocatéchine gallate, principal principe actif trouvé dans le thé vert.

Une étude clinique a révélé que les personnes qui avaient consommé au moins une tasse par semaine de thé vert pendant six mois avaient dans l’ensemble moins de cancer du rectum et du pancréas que ceux qui n’en consommaient pas.

Un autre article publié dans le ‘Journal of the National Cancer Institute’ a révélé qu’une consommation régulière de thé vert pouvait réduire les risque de cancer de l’œsophage de 60%. 

 

20) Tomate

La tomate crue est très riche en lycopène, un caroténoïde qui lui confère une belle couleur rouge. Le lycopène est un antioxydant qui protègerait les cellules d’une mutation au niveau de l’ADN.

La tomate contiendrait aussi d’autres molécules dans sa peau et ses graines qui exerceraient un effet anti-tumoral dans le cancer de la prostate.

21) Asperge

L’asperge est très fortement antioxydante et renferme des petites quantités de lignan (3 microgrammes par gramme), un phytoestrogène, dont la structure est similaire aux œstrogènes.

On sait déjà que cette molécule a des effets bénéfiques sur les vaisseaux sanguins de petits calibres. Les lignans peuvent réduire les risques du cancer du sein chez les femmes préménopausées.

D’autre part, selon une étude suédoise, un régime élevé en lignans pourrait réduire le risque du cancer de la prostate de 26%.

22) curcuma

23) chocolat noir si possible á plus de 70 % de cacao.

Existe-t-il un lien entre notre consommation de sucre et le cancer ?  Oui et la relation est très forte.

Notre consommation de sucre  blanc raffiné qui  a littéralement explosé, pourrait même expliquer l’épidémie de cancer actuelle.

Elle est passée de 5kg par an et par personne en 1830, à 45 kg en France en 2010, voire 80 kg aux Etats-Unis.

Le sucre possède un index glycémique très élevé

Le sucre que nous mangeons est transformé dans l’organisme en glucose, forme directement utilisable par les muscles, les organes et le cerveau. Mais le sucre raffiné a la particularité d’avoir un index glycémique élevé, c’est-à-dire qu’il se retrouve très vite dans le sang. En réponse, notre organisme libère immédiatement beaucoup d’insuline pour favoriser la pénétration de ce glucose dans les cellules et diminuer la glycémie. Enfin, la sécrétion d’insuline s’accompagne de la libération d’une autre molécule, l’IGF pour insuline-like growth factor. Or l’IGF a la caractéristique de stimuler la croissance des cellules.

 Le sucre nourrit les tumeurs

 L’IGF favorise la croissance des cellules, dont les cellules cancéreuses, mais elle stimule également la production de facteurs de l’inflammation, qui, eux aussi, profitent aux tumeurs. Au final, l’insuline et l’IGF encouragent la prolifération des tumeurs, mais aussi leur capacité à envahir les tissus voisins. C’est ainsi que le sucre aide les tumeurs à se développer. Autrement dit, plus on mange de sucre, plus notre risque de cancer est élevé. L’explosion de notre consommation de sucre raffiné explique certainement l’épidémie de cancer actuelle !Pour preuve, voici les résultats de quelques études citées par David Servan-Schreiber dans son livre  » Anticancer  » :  » chez des femmes de moins de 50 ans, celles qui présentaient le plus haut taux d’IGF avaient 7 fois plus de risque de faire un cancer du sein  » par rapport aux femmes qui avaient le taux le plus bas. Ce même phénomène a été observé pour le cancer de la prostate, avec un risque 9 fois moins élevé. L’index glycémique est aussi associé au cancer du pancréas, du côlon et des ovaires.

 Contre le cancer, mangeons moins de sucre

Dans l´étude de nouveaux médicaments contre le cancer l´intérêt se porte sur des molécules capables de réduire les pics d’insuline et d’IGF dans le sang. Mais  il faut dès maintenant réduire notre risque de cancer en mangeant moins d’aliments  sucrés et moins de farines blanches, qui ont elles aussi un index glycémique élevé

Pour résumé, contre le cancer, il ne faut pas de : Sucre dans le thé ou le café,des desserts sucrés (exception pour les fruits),confiseries,sodas et jus de fruits. Farines blanches et céréales raffinées. Riz blanc. Pommes de terre. 

A remplacer par :des substituts naturels du sucre comme la stévia. Des farines et céréales complètes. Du riz complet, basmati ou thaï. Des légumes et légumineuses.Des fruits frais. 

A noter que moins de sucre, c’est moins de cancer, mais c’est aussi moins de diabète, d’obésité et de maladies cardiovasculaires…

 PS: On connaît le Dr Richard Béliveau  qui a déjà été qualifié de samouraï du cancer car il se bat contre le cancer avec ses patients, comme oncologue, mais aussi en tant que titulaire de la Chaire en prévention et traitement du cancer de l’Université du Québec à Montréal. Il est aussi directeur du laboratoire de médecine moléculaire de l’Hôpital Sainte-Justine. 

Mais en France on a eu aussi notre chercheur, pas suffisamment connu et reconnu, le Dr Seignalet.

On n’oubliera pas la pionnière dans ce domaine, la doctoresse Koussmine, à Lausanne…

Écrit par Janine Benoit

Après des années d'études en médecines naturelles, des consultations et des conférences données durant plus de 40 années dans différentes approches thérapeutiques (phytothérapie, homéopathie, oligothérapie, iridologie, chromatothérapie, kinésiologie, diététique), Janine Benoit a installé son laboratoire en 1991, à Oliva (Espagne), pour fabriquer ses propres formules de compléments alimentaires et de cosmétiques Bio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Hit Counter provided by Sign Holder